Info

by Christopher Mudiappahpillai

Aujourd’hui Je veux écrire en français. Je m’excuse à tous les personnes qui ne comprennent pas, mais J’ai besoin de la pratique. Ainsi, avec une tasse du café et mon dictionnaire bilingue, J’essaie.

Hier, mon professeur du français a parlé sur comment les langues changent avec les avances dans la vie. Pour exemple, il a dit, le mot « cell » en anglaise, qu’est-ce que c’est ? C’est un téléphone portable. Le même mot est un organisme biologique aussi, mais aujourd’hui, si on a dit « cell » quand on est avec les amis, ils penseraient à un téléphone

Ah… Je suis fatigué. Je ne sais pas ce que je veux dire. Et Je n’ai pas bu de mon café. Je suis dévasté.

Excuse my French. I’m too tired to actually correct what I wrote. You can get a translation of sorts here: Babelfish.


Ma vie cherche ta vie

W. Geiger / R. Jung – E. Marnay

Un grand voilier aux voiles bleues

Se penche sur le bleu de la mer

C’est là qu’on a joué nos jeux

Au temps d’hier

Caché derrière les blés brûlés

Au pied de l’olivier centenaire

Tu me criais des mots volés

Aux vieilles pierres

Ma vie cherche ta vie

Depuis toujours

Tu n’es pas que l’ami

De mes beaux jours

Tu es la terre promise

Dont je rêvais

Tu es le seul pays

Où je vivais

Ma vie cherche ta vie

C’est ma chanson

Car je donne à ma vie

Ton nom

Et puis chacun de son côté

On est partis au nord de la mer

Souvent sans toi j’ai cru aimer

Autant qu’hier

Pourtant nom cœur n’a pas quitté

Le cœur de l’olivier centenaire

Qui me criait ces mots volés

Aux vieilles pierres

Ma vie cherche ta vie

Depuis toujours

Tu n’es pas que l’ami

De mes beaux jours

Tu es la terre promise

Dont je rêvais

Tu es le seul pays

Où je vivrais

Ma vie cherche ta vie

C’est ma chanson

Car je donne à ma vie

Ton nom

Et comme hier, c’est toutes mes amis.